Février 2017 au temple Gyobutsuji

Cette année pour la première fois, le CA de l’ABZE s’est réuni au Temple de Gyobutsuji les 4 et 5 février, se donnant ainsi l’occasion et le temps d’avoir entre nous de nombreux échanges sur la vie de notre association. D’habitude le CA se rencontrait à Godinne après l’Assemblée générale, entre le repas de midi de 13 h.30 et le samu à 14 h.30, et en janvier pendant la sesshin de Pégomas, toujours avec le même horaire.

Le 4 et le 5 février, le CA était presque au complet.

On a pu échanger sur le passé, le présent et le futur de l’association, en ce 10ème anniversaire de sa fondation. Nous avons abordé les sujets suivants :

- Comment chacun perçoit l’ABZEGyobutsuji 8 Fevrier 2017
- Le développement de la Sangha
- L’ABZE dans le cadre du Zen européen
- La communication interne
- La transmission du Dharma
- La spécificité de notre pratique du Zen
- La vie dans les dojos
- La formation des enseignants
- L’utilisation des ressources
- Les moyens pour diffuser le Zen et promouvoir les dojos
- Notre participation à la commémoration du 50ème anniversaire de l’arrivée de Maître Deshimaru en Europe.

Et ce ne sont là que quelques-uns des thèmes abordés ...

Notre Sangha est très nombreuse et très riche de diverses sensibilités, nationalités et langues ; les échanges deviennent impérativement nécessaires pour que nous puissions nous harmoniser et rester ensemble longtemps dans le Dharma.

À la suite du CA a eu lieu la semaine de pratique au temple de Gyobutsuji : arrivée déjà le dimanche 5 pour le zazen de 18.30 h. et départ le samedi 11 après le repas de midi.
Le programme était le suivant : zazen matin, midi et soir ; atelier sur la vie quotidienne l’après-midi ; repas dans le dojo avec les oryoki.

Ce fut une première expérience de vivre la vie du temple tout au long de la journée, surtout pour les gens venus de l’extérieur (environ une trentaine) ? auxquels se sont joints les Niçois selon leurs disponibilités, mais en priorité pendant les zazen du matin et du soir.

Environ une quinzaine de personnes ont pu loger au dojo, les autres chez des membres du dojo.
L’ambiance était paisible et joyeuse. Maître Roland Yūnō Rech a partagé tous les moments de la vie du dojo : préparation des repas, vaisselle, en plus des enseignements et des ateliers. Pour ses disciples cela a été un moment privilégié de vie et de pratique avec le Maître.
Pendant les pauses, on pouvait en profiter pour se promener dans l’agitation de la vie du centre-ville et aller voir la mer.

La pluie et le soleil nous ont accompagnés en alternance pendant ces journées de pratique. Le printemps commençait déjà…

Emanuela Dōsan Losi.

ImprimerE-mail