Posture et effort dans le tir à l'arc (2)

Posture et effort dans le tir à l'arc - II -
De Consol Bofill

LeSonDUneMainSmall 24

De nos jours, il y a peu d’objections contre le fait que l’esprit et le corps agissent comme une même unité biologique et fonctionnelle, exprimant les mêmes conflits par des moyens différents. Les conflits ne sont que l’expression de directions opposées mais simultanées du mouvement, et qui empêchent toute appropriation, clichés de nos jours qui ne laissent pas d’exprimer quelque chose d’important : le fait de se connecter avec son propre centre, axe de stabilité autour duquel s’organise le mouvement et l’action, la pensée et le ressentir, axe autour duquel la personne retrouve l’équilibre, développant son propre potentiel, comme une vraie expression spontanée des aspects essentiels dans le tir à l’arc. S’approprier, ce n’est pas en essence une fonction de la volonté. Ce n’est pas une question de faire, mais de laisser faire, pour pouvoir sentir, percevoir et agir par soi-même.

En général, il arrive que l’on sache trop de choses, qu’on ait trop de certitudes, une accumulation d’expériences … Et on tire des conclusions, ce qui interfère avec le développement d’une authentique (singulière, propre, réelle) expérience. Souvent, nous agissons en nous imposant une discipline pour atteindre nos objectifs, comme un acte de volonté dans un souci d’« arriver à être », s’opposant à la réalité de « ce qui est », la réalité concrète de chaque instant. Grâce à la force de cette volonté, il se peut que l’on atteigne l’objectif, mais on peut se demander aux dépens de quoi : que laissons-nous sur le chemin ? Et quelles en sont les conséquences ?.

L’effort qu’on développe n’est qu’en proportion directe à la résistance qu’exerce la réalité (par exemple, quand on tend l’arc au moment de laisser partir la flèche…) ce qui génère un conflit. Telle résistance s’inscrit dans les habitudes propres et schémas neuromusculaires, développant des forces contradictoires et des tensions inutiles. Le résultat est l’éloignement de notre objectif, quel qu’il soit. Parfois peut-être on l’atteint, mais aux dépens d’une vraie expérience pleine et joyeuse de ce que l’on fait, ainsi que de la possibilité d’apprendre pour améliorer sa propre capacité.

Au milieu du siècle dernier, le physicien Moshe Feldenkrais se posait des questions sur les conditions par lesquelles une personne pourrait apprendre plus facilement et de manière satisfaisante. Il a trouvé la réponse dans une loi découverte au XIXe siècle dans le champ de la psychophysique : la « loi de Weber-Fechner » ou « Loi des différences minimes perceptibles ». Quand on diminue le niveau de l’effort, on augmente la capacité d’affiner les sensations kinesthésiques, et par conséquent de percevoir des différences dans les connexions internes et d’apercevoir des aspects méconnus et inconscients dans l’organisation physique, du mouvement et de l’action. On perçoit ainsi de vieilles habitudes (neuromusculaires, mentales, émotionnelles, posturales), qui se mettent en évidence des endroits de résistance et on peut récupérer des fonctions perdues tout au long du processus d’éducation, des accidents de la vie, etc., se centrer avec efficacité sur des objectifs propres et, en définitive, améliorer la qualité de vie, profitant et gagnant en autonomie.

Pénétrer et affiner la conscience de soi (l’auto-conscience) par l’attention, au lieu de forcer un résultat en faisant violence à son propre équilibre et en interférant dans un processus organique d’autorégulation, permet de percevoir les tensions, blocages et zones de conflit qui mettent en difficulté l’action, ainsi que les dégâts que l’on se fait avec des habitudes déterminées, puis les rejeter viscéralement, non par la force de la volonté, mais en accueillant et respectant ce qu’on perçoit, en ouvrant l’espace pour que le changement se produise en nous-même par une compréhension profonde de ce qu’arrive.

Dans le tir à l’arc comme en zazen, la posture est le fondement, avec la respiration et l’attitude … Une posture qui, loin de s’imposer comme condition requise externe, se trouve déployée en nous comme une force et un équilibre immanent qui se propage depuis l’unité de l’être, accueillie dans une attitude contemplative, accueillant « ce qui est », s’offrant à l’expérience dénudée et au pur advenir.

Beauté, fascination devant un monde en constante rénovation, toujours autre, dans un jeu de potentiel créatif et d’apprentissage de l’être humain, qui – comme le bébé - déploie sa curiosité devant une réalité changeante, toujours à découvrir, toujours nouvelle, faisant écho au réel propre, à cet intangible, à cet insaisissable qu’est la réalité.

 

Novembre 2020.

Mots-clés: nl32

Imprimer E-mail

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.